Depuis 2014, je développe une série intitulée "Tired Ghost". Elle a vu le jour suite à la création de la toile, "Exit", où l’on peut voir un ermite qui quitte la forêt dans laquelle il a depuis presque toujours trouvé refuge. Il est fatigué des fantômes qui la peuplent et avec lesquels il a dû vivre tant d’années. Il décide donc de sortir de sa réclusion, pour tenter de leur échapper.
De cette peinture qui démarre un récit, viennent ensuite, en une sorte de grande mosaïque, une série d’œuvres (peintures, dessins, sculptures, installations) qui se nourrissent des présences qu’il a délaissées. Ces fantômes invisibles de par leur nature, prennent donc corps à travers les créations.
Le temps passant et le travail se faisant, une histoire s'est écrite. Après avoir risqué un génocide, ces derniers sortent de l'ombre pour réclamer le droit d'exister.
Ils rejoignent notre actualité lorsque dans la rue, des manifestations appellent au changement des valeurs de ce monde. Mais passé ce moment de conscience collective et chacun retournant à ses occupations, ce désir, bien réel et tellement difficile à obtenir, est finalement oublié. Alors se pose la question de savoir si nous ne sommes finalement pas les fantômes de notre vie ?

In 2014, I began a new series called "Tired Ghost", which use different sorts of medias, differents sizes and supports... a very free project where everything is possible... centered around the ghosts, our ghosts, like friends, enemies or just like a presence.
The crossing time and the work being made, a story spelt. In this painting, after having risked a genocide, the ghosts go out of the shadow to demand the right to exist.
This theme meet our current actuality when, in the street, an immense crowd calls for a change of the values of our world. But crossed this moment of collective consciousness, each returns to the normal life and this desire, so real and so difficult to obtain, is finally forgotten. Are we the ghosts of our life? 

You may also like